Suivi de la qualité de l’eau

Le cycle de l’eau

La qualité de l’eau dépend des activités présentes sur le bassin versant (aire d’alimentation d’un cours d’eau délimitée par les lignes de crêtes en formant une “cuvette”). Elle peut être influencée par des facteurs naturels : occupation du sol, présence de zones humides, contribution des nappes souterraines, mais aussi par l’agriculture, la présence de rejets industriels, de stations d’épuration, etc.

La qualité de l’eau peut être altérée par les différentes étapes du cycle de l’eau :

Présentation des suivis

Le Syndicat Mixte du Haut Léon réalise un suivi de la qualité de l’eau sur le bassin versant de la Penzé depuis 1998. Depuis 2008, les prélèvements sont réalisés sur la Penzé et aux exutoires des principaux ruisseaux côtiers pour évaluer l’impact des actions mises en œuvre sur le territoire.

Pour une meilleure prise en compte des conditions climatiques, l’ensemble des données est traité par année hydrologique. Elle débute avec les premières précipitations significatives après la période estivale (1er octobre) et se termine en fin de période d’étiage (30 septembre).

Les paramètres sont suivis pour évaluer l’impact des actions mises en œuvre par les différents volets du projet de territoire :

  • Les nitrates, principalement issus d’excès de fertilisation.
  • Les pesticides utilisés par les agriculteurs, les communes ou les jardiniers amateurs.
  • Le phosphore et la bactériologie pouvant être issus de différents rejets (stations d’épurations..) ou lessivés lors des épisodes pluvieux.

Les objectifs de qualité de l’eau sont définis pour chaque paramètre par la Directive Cadre sur l’Eau, qui impose un retour à un bon état écologique en 2021 sur la Penzé et en 2027 sur l’Eon et le Ruisseau de Carantec.

Ces objectifs sont comparés au quantile 90. Cet indicateur, calculé annuellement, correspond à la valeur maximale des concentrations mesurées sur une année, amputées des 10% les plus élevées.